TITRE SITE-03maria_ombre-1

Réalisé lors de la création de la Commission, le Livre Blanc pour l’Europe de la Culture, a été rédigé par de nombreuses personnalités issues, des différents pays de l’Union Européenne, mais aussi des autres pays du monde. On y trouve, notamment, les contributions éditoriales des Ambassadeurs d’Autriche, de Grèce, de Roumanie, d’Irlande, de Pologne, de Chypre, du Portugal ou de Slovénie, sans oublier des parlementaires, des académiciens, des personnalités de la société civile aussi bien que le Cardinal et Président émérite du Conseil Pontifical pour la Culture ou la Directrice générale de l’Unesco. Un recueil de témoignages qui offre ainsi une vision élargie des enjeux et des perspectives de l’Europe de la Culture, plus que jamais au cœur des différentes actualités…

Il a donné lieu à des ajouts successifs et a fait l’objet d’une réédition, à tirage limité. En 2019, un colloque se déroulera au Sénat pour le soixantième anniversaire de la création du Ministère, voulu par le Général de Gaulle pour André Malraux.

BELLETS-01

Témoignage du Président et du Secrétaire Général de la Commission à l’occasion du colloque organisé au Palais du Luxembourg.

La magistrature de l’essentiel

Ce Ministère, qui fête son soixantenaire, a été lancé avec l’aval personnel du Général de Gaulle et suivi de façon très engagée de la part de Georges Pompidou, un normalien, tout comme Léopold Sédar Senghor. Deux citations d’André Malraux sont au cœur de notre débat : l’une sur la langue française, « la langue française permet la magistrature de l’essentiel ». L’autre :
« l’Europe ne se fera que contre une menace ». Francophonie et Culture sont menacées, au sein de l’Europe, comme dans le reste du monde. La France bénéficie d’une image favorable, mais dispose à ce jour de trop peu de moyens.

Notre Commission entend, à sa mesure, contribuer à être l’un des acteurs permettant de dresser des passerelles entre des univers qui, souvent, se connaissent mal. La culture de notre pays et son rayonnement sont, aujourd’hui encore, au carrefour de bien des attentes. Exposer la Joconde aux Etats-Unis ou la Vénus de Milo au Japon comme l’a fait Malraux, était la marque d’une volonté. Celle qui l’a toujours animé de diffuser sur tous les continents la vision d’une nation fière de son passé, mais aussi résolument ouverte sur un avenir capable de donner toute sa place à cette exception culturelle, désormais internationalement reconnue.

Et dès lors, quel meilleur lieu pour symboliser cette volonté que de célébrer un tel anniversaire au Palais du Luxembourg ?

BELLETS-01

Cliquez sur les coins de l’image pour consulter quelques extraits

 

maria_ombre-1